Évènements Fraîchement Actualisés

La secte Dieudonné : L’argent de la Haine

Publié le Mis à jour le

Dieudonné vient de publier une nouvelle vidéo avec ses menaces habituelles. Nous ne publierons pas le lien sur Youtube pour ne pas augmenter ses « views ». Rien de nouveau. Mais revenons un instant sur sa stratégie sectaire.

Comment Dieudonné a-t-il créé la Secte Dieudosphère ?

Il s’agissait de trouver un nom à ce gourou, mais son patronyme était tout trouvé Dieudonné, ou Dieudo pour ses fidèles.

La Dieudosphère fonctionne désormais comme une vraie secte.Ses sbires se reconnaissent par leurs gestes rassembleurs : la quenelle, où les phalanges dirigées vers le ciel. Leurs chants liturgiques sont répétés et mis en scène : Shoah Nana, François etc. Comme toute bonne secte, l’appel au don est devenue monnaie courante : Anataxe, procès Fofana, billets échangés contre des CD etc

Il est la « voix du Peuple », son petit peuple doit donc donner quitus financièrement à sa mascarade.

Dans sa vidéo datée du 25/12/2013,le Gourou y a ajoute un symbole mystique, celui du malade en phase finale d’un cancer généralisé, et qui ressuscité le temps d’un show  aura pour dernier geste avant de s’éteindre : la quenelle. Sordide.

Comme toute secte digne de ce nom : il faut représenter le mal, un de ses adeptes l’appelle même l’Apocalyspe : Le Juif, Le Franc-Maçon, le Système, l’homosexuel… autant d’éléments qui ont su rassembler les Illuminés à travers les âges.

Le martyre répond aussi de sa stratégie, il invoque la Justice de le mettre en prison. Avec les réserves d’usage du gourou manipulateur, il ne mettra pas fin à ses jours pour rejoindre « sa vérité ». Il laissera sûrement d’autres le faire à sa place en poursuivant ses appels à l’exacerbation généralisée.

Ses meilleurs adeptes sont récompensés : plus loin ira leur zèle, plus ils occuperont une place de choix dans son classement des « meilleures quenelliers » : insultes aux symboles de la Shoah, provocation devant les synagogues, défiance de nos institutions.

Il n’y a qu’à se pencher sur les commentaires de ses adeptes sur les réseaux sociaux pour mieux comprendre leur dévotion.

Pire, munis d’ananas (un des symboles de la Secte) brandis vers leur chef ( lors des nombreuses audiences au palais de Justice de Paris), ils s’époumonent à la vue de leur gourou : « Dieudo Président » qui résonne comme un « Dieudo Roi ».

Mais tous les rois meurent un jour. Misons que notre devise « Liberté, Egalité, Fraternité » demeure éternelle.

Antisémitisme : un homme agressé en plein Paris !

Publié le Mis à jour le

Photo de l’homme agressé dans le 19ème arrondissement de Paris. Le Collectif Haverim exprime toute sa solidarité envers la victime et ses proches. Nous demandons aux autorités la plus grande sévérité pour ceux qui ont commis cet acte abject.

1478920_239484346236242_1236657832_n

Rassemblement : tous ensemble au Trocadéro !

Publié le Mis à jour le

Le Collectif Haverim appelle ses militants et sympathisants à se joindre au rassemblement organisé par le Crif ce soir au Trocadéro à partir de 18h. ENSEMBLE, nous manifesterons contre l’antisémitisme et la haine de la République.

Rassemblement : huit ans après, nous étions là pour Ilan

Publié le Mis à jour le

1622071_228228947361782_1309401980_nLe 13 février 2006 restera à jamais gravé dans nos mémoires : il y a huit ans, Ilan Halimi était retrouvé agonisant à Sainte-Geneviève-des-Bois après avoir été détenu et torturé durant trois longues semaines dans une cave de Bagneux. Assassiné parce que juif à l’âge de 23 ans, il repose depuis à Jérusalem.

Chaque année, un rassemblement en hommage à Ilan Halimi est organisé devant le magasin de téléphones portables dans lequel il travaillait. A l’endroit même où tout a commencé.

Des bougies ont été allumées et des tee-shirts marqués d’une photo d’Ilan Halimi ont été distribués.

Le Collectif Haverim a préféré le recueillement à la prise de parole et remercie tous ses militants et sympathisants qui ont fait le déplacement pour honorer la mémoire d’Ilan. Il convient également de saluer l’unité, la dignité et la complémentarité de toutes les composantes de la communauté.

Plus que jamais, nous sommes rassemblés dans le souvenir et unis contre l’antisémitisme.

Antisémitisme : slogans anti-juif lors du « Jour de Colère »

Publié le Mis à jour le

Aujourd’hui, dans les rues de Paris, ils étaient plusieurs dizaines de milliers à manifester contre l’actuel gouvernement. Certains d’entre eux -notamment la mouvance Dieudonné-Soral- avaient fait le déplacement pour dénoncer la politique juste et ferme du ministre de l’Intérieur Manuel Valls.

Ils chantent « Maréchal, nous voilà ! » avant de scander « La France aux français ! Juifs ! Sionistes ! Hors de France ». Ils enchaînent avec « Shoah Nanas » avant de terminer sur un terrible « Juif, la France n’est pas à toi ». Ces personnes vont jusqu’à tourner en dérision le « Chant des partisans » pour insulter le président de la République. En 2014, dans les rues de Paris, c’est en toute impunité qu’une foule entière a pu déverser sa haine. Les drapeaux et bannières à l’effigie de Dieudonné côtoyaient tout à l’heure des croix celtiques et des banderoles qu’on pensait ensevelies à jamais dans les ruines du régime de Vichy.

Bien heureusement, les condamnations ne se font pas attendre. Certains organisateurs de la manifestation se désolidarisent sans ambiguïté de ces dérives. Il en est de même pour l’autre France, celle que nous aimons, le pays d’Émile Zola, de Jean Moulin et d’Honoré d’Estienne d’Orves qui se tient au côté de la communauté juive au nom de la République et des valeurs universelles qui sont les nôtres.

Le prix Nobel de littérature et survivant des camps de la mort Imre Kertesz disait que « l’antisémite avant Auschwitz était un assassin latent, après Auschwitz il est un assassin manifeste ».

Le Collectif Haverim dénonce les agissements inacceptables d’une partie des manifestants de « Jour de Colère ». Au vu de la gravité de la situation actuelle, les citoyens français attendent des responsables politiques et des pouvoirs publics qu’ils proposent des solutions à la hauteur des enjeux actuels et qu’ils adoptent des mesures fermes. Parce que les colloques et les politiques éducatives ne suffisent vraisemblablement plus, il est temps d’agir avec l’efficacité qui s’impose pour défendre la République face à la bête immonde.