Le témoignage (poignant) de l’amie d’une des victimes de l’hyper cash

Publié le Mis à jour le

Unknown

Je me souviendrai toute ma vie de ce vendredi 9 janvier 2015…13h l’information de la prise d’otages à l’hyper cacher…pas de mots pour vous dire ce que j’ai ressenti …une seule chose en tête: mes enfants!

Je suis coincée dans les embouteillages, ils m’appellent:
« Maman vient me chercher ils vont nous tuer, ils vont venir dans l’école, ils sont tout près ».
Une course folle pour les récupérer dans leurs écoles, puis on m’appelle à nouveau, c’est mon mari:
« C. (mon amie) fait partie des otages ».
Je reprends mon souffle et essaye de faire bonne figure devant les enfants.
Je prie, je prie, je prie, je prie pour elle.
Mon mari est avec son mari. C’est tellement dur pour lui. Il attend, il demande aux policiers, puis il part avec les autres familles des otages.
Des heures d’attente.
Je l’imagine si fragile, si petite, cette « super maman », les mots de notre dernière conversation raisonnent dans ma tête :
« Tu sais Céline, il faut profiter de la vie. Autour de nous, beaucoup de mauvaises nouvelles ».
Mais quoi de pire que ce qu’elle est en train de vivre?
Puis, je ne peux m’empêcher de penser que moi aussi je comptais m’y rendre à l’hyper cacher ce vendredi…je vois noir.

Puis, l’assaut est donné. Mes yeux sont fixés sur l’écran de tv. Je regarde, je ne la vois pas sortir mais où est-elle? puis le bandeau de BFM annonce 4 morts. Je suis anéantie, je pleure je pleure, j’appelle mon mari, mais son mari n’a toujours aucune information, il est en état de choc.
Et là mon fils me console :
« Maman les morts ont été tués au début de la prise d’otages et C. a appelé son mari dans l’après-midi », il a raison!
Je rappelle encore et encore…Il nous prévient, enfin elle est là avec lui; elle est en vie ! Merci D…

Je l’admire, j’ai envie de la serrer dans mes bras, je l’aime…

Aujourd’hui, moi, juive, française, je suis fragilisée et blessée autant dans mon coeur que dans ma chair.
C’est l’horreur de trop.
Pour moi, il y aura un avant et un après 9 janvier 2015.
Un seul mot me vient ce soir la peur, j’ai peur !
Dans ma ville j’ai couru ce jour là avec mon fils sous le bras pour aller me réfugier chez moi. C’est bien ça? J’ai vu un collège où les enfants pleuraient et suppliaient les adultes de les emmener avec eux pour les faire sortir!

Dans la ville de Saint Mandé où mes enfants ont grandi. Cette ville de juifs comme certains disent tout haut aujourd’hui! Je crois que j’ai perdu mes repères, c’est encore un peu confus, mais je suis en train de réaliser doucement que mon pays est devenu dangereux pour nous et que nous n’y sommes plus en sécurité.

Liberté d’expression attaquée, policiers assassinés, attentats trop nombreux contre la communauté juive…

Ma famille juive ashkénaze a déjà été décimée une fois, j’ai dû grandir avec ce monstre en moi et il se rapproche à nouveau…plus de mots, plus rien ne sort ce soir, vidée.

Céline FD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s